Un blog sur Wordpress.com

WordPress.com est une plate-forme de blogs gratuits, analogue à Blogger, Over-blog et tant d’autres. Son intérêt de principe est de se baser sur la dernière version du logiciel WordPress, ce qui permet notamment d’utiliser tous les plugins de ce logiciel, tels que antispam, derniers commentaires reçus, etc.
Par rapport à un WordPress logiciel (WordPress.org), que l’on héberge soi-même, l’avantage est notamment de ne pas avoir à se soucier de la mise à jour dans la dernière version, ceci étant fait je pense automatiquement par WordPress.com.

Souhaitant créer un nouveau blog, je me suis dit qu’il pouvait être intéressant d’expérimenter cette solution. Mes impressions sont mitigées.

Pour un blogueur non expérimenté, habitué à une interface type Blogger ou Overblog, la gestion de l’interface complète de WordPress pourra paraître complexe: c’est moins convivial me semble-t-il.
Et c’est aussi - surprise - moins souple que les offres précitées: impossible de disposer comme on l’entend des “pavés” à droite ou à gauche: il est proposé un certain nombre de “widgets”, couvrant les fonctions de base et sans doute plus variés que ce que permettent les concurrents, mais l’implantation est rigide, et il y a des lacunes: par exemple je n’ai pas l’impression qu’on puisse mettre une photo ou un texte de présentation dans les dites colonnes. Pas question non plus de personnaliser le bandeau d’en-tête!

Quant à la modification des css, elle est payante, chère (tarif à l’année)! Toucher au php, n’y comptez pas!

La traduction française est approximative; les polices de caractères trop petites, l’alignement de certains widgets défectueux.

Au total un drôle de produit, qui offre au gestionnaire expérimenté de sites en WordPress la possibilité de construire sans difficulté un nouveau blog. Mais pas a priori pour le confier ensuite à quelqu’un de moins à l’aise…

Le blog que j’ai créé est ici.

Points-clefs pour un blog

J’avais déjà indiqué dans un billet de février dernier quelques critères à faire intervenir lors du choix d’un modèle de blog.

Allant plus loin, je vais énumérer ici quelques autres points qu’il est souhaitable de prendre en compte, et dont je compléterai éventuellement la liste avec le temps. C’est un peu “en vrac”, mais tous les points mentionnés me paraissent importants, même si je ne les applique pas actuellement dans mes blogs!

- Faire passer le fil RSS du blog (et des commentaires) par FeedReader: cela permet d’avoir des statistiques sur les lecteurs qui consultent le blog uniquement par RSS. La dernière version de WordPress comporte semble-t-il cette possibilité de façon native (i.e. sans passer par FeedReader); mais l’avantage de FeedReader est d’être indépendant de l’URL du blog, qui peut - quoique rarement - changer.
- Vérifier que le moteur de recherche du blog fonctionne et couvre tous les billets, même anciens.
- Placer la case de recherche tout au début de la colonne de droite, facilement accessible pour l’utilisateur.
- Prévoir en colonne de droite une liste des “billets précédents”, juste en dessous de la case de recherche (déjà dit dans le billet de février dernier).
- Prévoir aussi une zone avec les “derniers commentaires”.
- Après chaque billet, donner une liste de “billets similaires” susceptibles d’intéresser le lecteur. Il existe pour WordPress des plugins qui créent cette liste automatiquement.
- Et de même prévoir la création automatique par plugin d’une série de “tags”, qui amélioreront le référencement.
- Ces “tags” peuvent alors être regroupés en colonne de droite dans un “nuage de tags”, qui montre au visiteur quels sont les principaux sujets traités par le blog”.

Cela dit ce qui est dit dans le billet de février reste valable! (Notamment la présence des liens “page précédente”/”page suivante”).

Mozy: vos archives sur le web

Gratuit jusqu’à 2 Go, disponible pour Mac comme pour PC, Mozy est un système d’archivage automatique très bien conçu, qui opère en tache de fond de manière transparente.

Mozy installe sur votre ordinateur un logiciel qui commence par vous demander ce que vous voulez sauvegarder (vous pourrez toujours le modifier ensuite). Puis il lance la copie vers le serveur (américain), en y consacrant la part de bande passante qu’on lui spécifie, et en y mettant le temps qu’il faudra: cela peut se chiffrer en jours si vous choisissez la version payante ($4.5 par mois), pour laquelle il n’y a pas de limite de taille. Avec souplesse, Mozy s’arrête et repart selon la disponibilité de la connexion.

Les fichiers sont cryptés. On dispose d’historiques détaillés et d’une double interface (logicielle et web) pour rappeler des fichiers; ou bien on peut commander un DVD.

Précieux si on perd son ordinateur et son disque de sauvegarde…
Ça mérite d’être essayé.

(Merci à Philippe Denoyelle, de l’association Eklesia.net, pour m’avoir fait connaître ce tuyau!)

Un wiki personnel …

Je n’en avais pas vraiment pris conscience, mais un logiciel de wiki peut être réglé pour qu’une seule personne ou un groupe restreint puisse écrire.

Si ce wiki est sur un site public, cela permet de créer un site web très facile à gérer, et un peu différent d’un blog. Mais ce wiki peut aussi ne pas être public, en étant installé à une adresse web non publiée ou simplement sur votre ordinateur équipé d’un serveur. Vous disposez alors d’un outil de travail d’un type fort différent de ceux qui existent par ailleurs, et qui me semble bien adapté pour rassembler par exemple des matériaux de réflexion, commencer à écrire les éléments d’un livre, etc.

J’étais, je dois dire, rebuté par l’interface de Wikipedia que je trouvais peu élégante et trop chargée; la création de pages y est en outre mal expliquée. Mais il existe bien d’autres logiciels de wiki.

Après un apprentissage plus aisé que je ne le pensais, créer de nouvelles pages devient un jeu d’enfant. Un wiki ressemble, en mieux, à ce que serait toute une série de feuilles de papier sur lesquelles vous jetteriez vos idées. Vous modifiez au fur et à mesure le contenu de chaque page, vous les reliez entre elles de façon souple. On peut écrire ce qu’on veut sans se soucier d’un plan ou d’une hiérarchie des idées; on se sent libre d’écrire de façon spontanée, sachant qu’on pourra y revenir et corriger. Et l’historique est conservé! Quand on a découvert cet outil, il devient me semble-t-il difficile de s’en passer!

Il existe de nombreux logiciels de wiki, outre Mediawiki utilisé par Wikipedia. Par exemple Dokuwiki, dont je trouve l’esthétique beaucoup plus agréable et que j’ai pour ma part adopté. Des comparatifs figurent par exemple ici, ou encore . Dokuwiki fait partie des logiciels qui sauvent leur contenu sous forme de fichiers (et non de base de données), et permet d’organiser le contenu en dossiers et sous-dossiers, ce qui est pratique pour s’y retrouver quand les pages deviennent nombreuses.

Il y a bien sûr des limites assez importantes à ce que l’on peut faire avec un wiki, malgré les nombreux plugins qui en enrichissent les fonctionnalités. Cela ne sera jamais l’équivalent d’un “vrai” site web. Mais si on cherche par exemple un outil simple permettant de classer de brefs textes dans un ordre autre que ne le font les blogs, un coup d’oeil aux logiciels de wiki peut être utile.

19.11.07 - Je crée un wiki qui ne comprend pour l’instant que des commentaires bibliques. C’est ici.
7.1.08 - Comme pour beaucoup de logiciels, il peut être bon de supprimer un certain nombre de langues du “package” Dokuwiki avant de l’installer sur le serveur; sinon c’est assez long…
10.1.08 - La forme des URL des pages de Dokuwiki les rend non cherchables par Google; utiliser “l’URL rewriting”.

Feedjit, pour voir vos visiteurs

C’est un tout petit script, ultra facile à mettre en place, qui dit en temps réel qui arrive sur votre site et qui en part: Feedjit, que je découvre par Accessoweb, est visible sur ce blog en colonne de droite, en dessous de Skaaz et de Criteo.
Pour ceux qui comme moi n’ont pas vraiment pris l’habitude de regarder les statistiques, c’est une façon pratique de découvrir un peu ce qui se passe! Eh oui, il y a du trafic sur ce site! Depuis une heure que je l’ai mis, il y a eu pas mal de visiteurs, et trois au moins ont quitté le site en direction d’un site de logiciel ou de plugin dont je parle dans un de mes billets! A moins que… ce soit le même visiteur compté 3 fois, gardant mon site sous la main et explorant différents liens…

Un essai chez Skaaz

En attendant mieux, je mets ou essaie de mettre dans ce billet le Skaaz que j’ai créé (petit robot dont on peut accroître l’intelligence artificielle).



Si vous ne voyez pas apparaître sa bouille, c’est peut-être que vous avez désactivé les animations dans votre navigateur.

Le service se lance juste et a beaucoup de succès; d’où apparemment des interruptions.

J’ai acheté des vêtements pour mon “petiot”.
Je vais maintenant essayer de lui apprendre quelques phrases!

Je verrai ensuite si je peux lui apprendre à orienter les visiteurs dans le web chrétien… :-)

A chacun son “microblogging” (Twitter)

Twitter, qui permet de diffuser facilement de brefs messages, ne sert pas qu’à raconter sa vie. Christian Bensi (encore lui!) m’a montré la voie en s’en servant pour diffuser des informations de fond.

Comme le dit cet article de Jean-Luc Raymond, on peut utiliser Twitter pour diffuser ses “pensées profondes”!

Je cherche depuis longtemps à accumuler sur le web des bouts de texte au long de la journée. Le blog est pour cela trop formel (sauf un essai que je poursuis de temps à autre sur “A vrai dire“). Twitter oblige à écrire court, trop court même (140 caractères, c’est difficile à tenir!), et permet de sauter d’un sujet à un autre sans transition.

Je viens donc de me lancer, un peu à titre d’essai. S’inscrire à Twitter est très facile. Ensuite on alimente le microblog soit sur la page qui vous est créée sur le site de Twitter, soit par messagerie instantanée ou par message téléphonique (pas par email). Un fil RSS est créé (tenu à jour avec un peu de retard).

En ce qui me concerne ce sont des notes sur la Bible que je diffuse ainsi. C’est un peu “faute de mieux”, car ce genre de notes, qui rejoignent la réflexion précédente sur un outil de commentaires, demanderaient à être classées. J’avais envisagé à un moment d’utiliser Expression Engine (EE) à cet effet, puisqu’il permet un classement des articles de blog. EE peut être alimenté par mail, mais il y avait un problème avec les accents français, remplacés par des signes cabalistiques (c’était peut-être soluble en faisant des mels en html, je n’y ai pas pensé). J’explorerai peut-être d’autre “Twitter-like”, comme on dit: d’autres outils de microblogging.

Parmi les questions et petites difficultés que je rencontre, il y a déjà une interrogation sur la durée de conservation des infos par Twitter. Autant un blog garde indéfiniment les billets (sous réserve de questions d’espace disque), autant j’ignore ce qu’il en est pour Twitter, qui n’est pas forcément fait pour garder tout le passé. J’envisage donc de faire des sauvegardes.
Un mini-problème aussi avec le “compteur de nombre de caractères”: si on tape, puis qu’on efface quelques caractères, le nombre de caractères restant disponible est affiché correctement, mais si le nombre total de frappes (y compris les effacements) dépasse 140, on voit apparaître un curieux message qui semble être un refus (sans en être un, mais c’est perturbant)… Or on a souvent besoin d’effacer pour ne pas dépasser 140!
Je me suis rajouté aussi dans la barre d’outils un bouton “TinyURL“, car il n’est pas question de mettre de longs URL dans un minibillet…

Voilà! J’ai donc le plaisir grâce à Twitter de mettre en ligne au long de la journée des remarques sur la Bible que sans cela je ne saurais pas où mettre: traductions de phrases, remarques entendues etc. Un accumulateur dont on verra ce qu’il deviendra avec le temps!

Ah oui! Je rajoute une ligne: les lecteurs ne peuvent pas commenter les billets! Mais ils peuvent m’écrire ou mettre leurs commentaires sur le forum. Deuxième rajout: sur Twitter on ne peut pas corriger ce qu’on a écrit; mais on peut - sur le site - effacer le billet et recommencer.

19.11.07 - J’arrête d’utiliser Twitter. Les commentaires sur la Bible sont désormais ici.

Firefox: plugins que j’utilise

Je viens de me décider à remplacer Safari par Firefox comme navigateur par défaut. Il y a longtemps bien sûr que j’utilise Firefox, mais je franchis ce pas à cause des nombreux plugins que cela me permettra d’utiliser plus systématiquement; un peu aussi parce que Safari 2.0 plante trop souvent sur ma machine…

Voici quelques uns des plugins que j’utilise:
- D’abord l’incontournable barre d’outils “web developer”, si précieuse pour étudier le code et les css d’une page web. Pour gagner de la place en hauteur, je ne la fais apparaître que lorsque je m’en sers.
- Ensuite il y a les outils que j’ai déjà cités dans le billet précédent: MyStickies (que l’on peut facilement activer et désactiver) et JumpKnowledge: ils permettent d’annoter un endroit précis d’une page. Il faut y ajouter ScribFire, pour écrire et avoir sous la main une série de notes: cela convient par exemple quand on explore un ensemble de pages et que l’on veut noter où on en est.
- “Cooliris Previews” permet d’ouvrir une minipage redimensionnable pour chaque lien et d’y circuler sans quitter la page principale; c’est un peu comme “SnapShots”, sauf que Snapshots est mis en place par l’auteur du site alors que Cooliris est un plugin du visiteur; en outre Cooliris permet mieux de voir le contenu de la page et de décider si on y va ou pas.
- “Split browser”, que j’utilise moins fréquemment, permet un peu comme sous Word de voir simultanément deux parties de la même page web. Pratique par exemple pour poster une réponse sur un blog en gardant sous les yeux un autre commentaire ou certaines lignes du texte initial.
- “Add Bookmark here” ajoute dans les sous-menus du menu “Marque pages” un article du même nom, permettant de placer directement les nouveaux signets à l’endroit souhaité.

Et un outil bien utile pour les webmestres: “LinkChecker”, qui colore rapidement en vert ou en rouge les liens d’une page.

Enfin j’utilise “Session Manager”, qui enregistre et restaure l’état de toutes les fenêtres.

Trois outils pour annoter des pages web!

Ces outils sont différents, complémentaires en quelque sorte.

Le premier, MyStickies, est propre à Firefox dont il est un plugin. Il permet de créer des “post-its” que l’on place où l’on veut sur la page, et qui apparaîtront désormais dès qu’on la chargera. C’est un outil personnel, pratique pour garder trace de certaines idées liées à cette page. Attention à ne pas cliquer par erreur sur la croix dans l’angle: cela supprime la note, sans préavis…

Le deuxième, JumpKnowledge, permet de partager ses notes avec tout internaute. C’est une façon, à la limite du détournement de site, de donner à tous son avis sur un autre site! Ce que Jumpknowledge n’hésite pas à faire… Il suffit de mentionner le lien… Pratique pour faire part à un ami de remarques sur un projet de page web sur lequel il vous consulte. L’outil est assez élaboré et sympathique.

Le troisième, Protonotes est un outil collaboratif, c’est à dire que plusieurs auteurs peuvent ajouter leurs commentaires, la page étant mise à jour pour tous, et accessible seulement par ceux à qui on communique l’URL. Un outil de discussion, contrairement au précédent, mais sous la forme de “post-its”. Protonotes ne fonctionne que sous Internet Explorer PC, et peut-être sous Firefox PC avec “IE Tab” (plugin Firefox qui n’existe que pour PC).

Vers un outil de commentaires “collectifs”?

Ce billet complète celui que j’ai écrit dans le blog “Aimer, Approches“, en me concentrant ici sur les aspects techniques.

L’idée, que j’applique à la Bible mais qui pourrait concerner n’importe quel autre document ou projet, serait de mettre en place un ensemble d’outils informatiques permettant, dans un esprit de type “creative commons”, à un grand nombre d’auteurs de rédiger des commentaires, et à tout utilisateur de faire son marché parmi ceux-ci.

Je ne re-développe pas ici l’idée telle qu’elle est exposée dans le billet d’ “Aimer, Approches”, et me concentre sur les aspects techniques.

Il me semble qu’il s’agit au fond simplement de créer un fichier xml approprié, et de le diffuser un peu comme un flux RSS. Et à l’autre bout, de créer un type spécifique de lecteur/éditeur permettant à l’utilisateur de retravailler le résultat à son idée.

Les spécifications (DTD) de ce format seraient peu à peu complétées: pour préciser sur quel verset ou quel passage porte le commentaire, sa nature (question, lien avec un autre passage…), etc.

Pour aider les auteurs de commentaires à créer le fichier xml, un petit logiciel, et éventuellement une page web en php, seraient développés.

De même à l’autre bout les utilisateurs disposeraient d’un lecteur permettant de “faire le tri” parmi les commentaires, de les compléter par leurs propres remarques etc.

Tout cela semble assez facile à réaliser; en ce qui me concerne je crée volontiers de petites applications tant pour Mac que pour PC en utilisant le successeur d’Hypercard - “Revolution” (disponible pour PC et pour Mac).

Il reste à le faire (en me plongeant d’abord dans les specs de xml…).
Et à recevoir vos commentaires: techniques, ici; sur la définition du projet, sur le site “Approches“.

Je crée dès à présent ici un premier accumulateur vers un “cahier des charges”: juste quelques notes en vrac.