Expression Engine

Expression Engine (”EE”), successeur du logiciel de blog Pmachine, est un software de présentation de contenu assez intéressant une fois qu’on a compris son principe, que le vocabulaire utilisé rend au départ confus. Ce logiciel est vendu assez cher (http://www.pmachine.com/ee/), mais il est possible de le tester gratuitement quinze jours, ou 1 mois renouvelable pour 10 dollars.

EE comprend deux parties: l’une pour écrire et stocker tous les textes, indépendamment de la façon dont on les fera ensuite apparaitre sur le web, l’autre pour définir des pages web types.

La partie où l’on stocke les textes s’appelle malencontreusement “weblog(s)”. En fait ce que EE appelle ainsi est un “ensemble de textes”. On peut créer autant d’ensembles de textes que l’on veut, sortes de dossier dans lequel on crée des textes, avec un titre, un auteur, l’affectation à une ou plusieurs catégories et divers autres paramètres. Ces dossiers sont complètement indépendants de ce que sera la présentation sur le web. Donc si l’on veut avec EE créer plusieurs weblogs (au sens normal de ce terme), ce n’est pas dans cette partie de EE que cela se fera. En règle générale un seul ensemble de textes suffira donc, quel que soit l’usage que l’on a l’intention de faire de Expression Engine.

L’autre partie de EE sont les “templates”, modèles de page, dont on crée un nombre aussi grand que l’on veut. Ce sont des pages de code comportant à la fois du code html et des balises EE permettant de spécifier les morceaux de texte que l’on veut voir apparaitre.

Les templates fournis tout prêts correspondent aux blogs classiques, avec choix de l’affichage des derniers textes écrits, etc.

Mais on peut utiliser les balises EE pour les intégrer dans des pages web tout à fait classiques en définissant soi-même le code html et la feuille CSS, EE permettant l’alimentation plus ou moins automatique de leur contenu par un ou plusieurs auteurs un peu comme dans les systèmes de type SPIP, ainsi que l’existence de Permalinks (liens indépendants de l’endroit où le texte apparaît sur le site), de commentaires, de fils RSS, un calendrier si on le souhaite, etc.

Les balises EE sont simples, ce qui revient en quelque sorte à pouvoir agir sur le code php (qui est caché) sans avoir à connaître ce langage. Par contre il faut avoir l’expérience des feuilles de style pour comprendre celles de EE, qui sont assez complexes.

EE n’a pas comme SPIP un systeme de révision des contributions. mais quant à l’allure de la page web il est peut-être plus souple car absolument n’importe quelle page web peut être dessinée (je ne connais pas SPIP à vrai dire…).

Une limite cependant: les textes étant gérés par le logiciel Expression Engine, il n’est pas sûr qu’il soit possible d’y mettre de balises html subtiles liées à une feuille de style, par exemple pour varier la police ou l’espacement entre les paragraphes.

Avoir l’expérience de la personnalisation du code d’un logiciel de blog sur son propre serveur est souhaitable, car Expression Engine est assez nettement plus compliqué…

N’importe quelle page web peut être faite en SPIP, et c’est gratuit. Je ne connais pas EE, donc ça vaut peut être son prix, mais avec SPIP, on peut faire:
-# des pages “éditoriale” (voir macplus par exemple)
-# des galeries photos (par exemple walma3)
-# des blogs
-# des forums,
-# etc… etc…

Oui, tout à fait (je commence à connaître un peu SPIP, je le connaissais très peu quand j’ai rédigé ce texte). Ce que je ne sais pas encore, concernant SPIP, c’est si on peut faire plus que des “boucles” de base, à savoir décider: sur la page X je mets les articles 11 et 132, sur la page Y les articles 122, 125 et 126, etc. C’est notamment cela qui m’avait attiré dans EE.