Archive pour la catégorie ‘Auteurs et livres’

Auteurs et livres

vendredi 21 juin 2013

Je débute ici une catégorie de billets où je mentionnerai des auteurs ou livres qui m’ont paru potentiellement intéressants, et que j’ai découverts à des occasions diverses.
Je n’ai souvent encore rien lu d’eux.

Les nouveautés sont en premier:

– Une pièce de théâtre sur la relation entre Hannah Arendt et Heidegger: http://www.holybuzz.com/

Mark Kingwell: « Unruly Voices » et autres livres. La démocratie et la justice comme dialogue entre tous

Vincent Descombes: « Le raisonnement de l’ours » etc. Un philosophe rigoureux, un peu difficile.

Charles Taylor: « L’âge séculier » livre très épais et assez répétitif, difficile à lire en anglais comme en français, et avec un sommaire… extrêmement sommaire par rapport au nombre de parties, chapitres et sous-chapitres de cette énorme somme. L’idée générale semble être (mais j’ai probablement mal compris, n’ayant lu que des groupes de pages par ci par là) que la sécularisation n’est pas due à l’avancement de la science prouvant que Dieu n’existe pas, mais à une nouvelle attitude de liberté individuelle; il en est résulté des préjugés devenus la base commune de la pensée des élites, mais, dans la grande diversité désormais possible, les religions ont encore toute leur place.

– « Holy crocodile » (en): montrer aux tout petits, à travers des histoires d’animaux, ce que c’est qu’aimer et se soucier de l’autre; inspiré de traditions diverses (« légende dorée » etc.)
http://www.romereports.com/palio/holy-crocodile-showing-kids-what-a-saintly-life-is-all-about-english-10298.html

 

Articles plus anciens analogues:

– Sur le blog « Bibliques » j’ai mentionné quelques auteurs, dont Frank Viola et John Polkinghorne, ainsi qu’un site de textes développant sous forme de saynètes des récits de la Bible.

Guardini dit des bêtises…

mercredi 18 janvier 2012

.. si du moins la citation très longue que je lis dans un commentaire sur le site de la CCBF est exacte!

// idem ceci est un brouillon ancien que je publie finalement //

Romano Guardini est un théologien qui a eu son heure de célébrité vers le milieu du XX° siècle. Mais voici ce qu’il écrit semble-t-il en substance:

– c’est la faute des hommes si Jésus a raté son incarnation : autrement dit, le christianisme aurait été beaucoup mieux si Jésus n’avait pas été crucifié
– Il écrit en somme: il n’y avait pas de « nécessité » à ce que Jésus meure sur la croix (qu’entend il par nécessité?)
– Il imagine que Jésus aurait pu créer un ilot de douceur dans notre monde

Il n’a pas l’air de comprendre le rôle central de la croix pour chaque chrétien (mourir pour vivre, c’est en mourant que l’on renait – ressuscite)
Inversement, àjuste titre, il ne se centre pas sur le fait isolé « sacrifice du christ », comme s’il avait eu un rôle magique.