Avant-messe…

Ayant eu encore récemment des responsabilités dans la paroisse, je me rends compte, en ces dimanches de fin de confinement COVID-19, que pendant dans mon premier quart d’heure dans l’église – avant le début de la messe et pendant son début – je suis tendu, préoccupé par des détails que je remarque et sur lesquels j’aimerais pouvoir intervenir…
Et c’est parfois seulement vers la fin de la messe, après la communion, que je trouve une véritable attitude spirituelle intérieure…
C’est aussi, bien-sûr, que tout le monde parle plus ou moins de tous les côtés.

Je me suis dit: pourquoi n’y aurait-il pas, pendant les dix minutes qui précèdent le début de la messe, déjà une sorte de prière douce dans l’église, s’imposant sans s’imposer…

J’invente un exemple: une personne est à genoux sur la première marche du choeur, et reste là sans bouger, tandis qu’une musique douce crée une ambiance dans l’église.
Ou bien quelqu’un de bien visible, assis, joue doucement de la guitare.
Cela pourrait contribuer à ce que celles et ceux qui « s’agitent », à juste titre, à ce moment là (derniers préparatifs de l’autel, concertation entre chanteurs et lecteurs etc.) le fassent discrètement, dans une ambiance de recueillement.

Une autre solution à laquelle j’ai pensé est un chapelet très doux, discret, et lent.. Mais j’attends toujours de trouver une église où on dit (et non pas « récite ») le chapelet très lentement. Et en la circonstance presque à voix basse… !

Voilà, ce sont juste des idées.

Laisser une réponse