Archive pour la catégorie ‘Non classé’

Un exemple de « louange » (Carothers)

mercredi 25 mai 2022

Dans la ligne du livre « Puissance de la louange », de Merlin Carothers, qui a été évoqué hier au groupe de prière (et sur lequel j’ai écrit un petit livre), il me revient un épisode vécu il y a quelques années…

Dans une paroisse que je fréquentais à l’occasion, et dont le prêtre était devenu un ami, voilà que, le dimanche, alors que l’heure de la messe approchait et qu’un baptême était prévu, le prêtre n’était pas là ! Impossible de le joindre: il ne répond pas au téléphone.
Après 20 minutes d’attente, les responsables organisent une « ADAP » (Assemblée en l’absence de prêtre).

La fin de l’ADAP arrive, je file en voiture, à quelques kilomètres de là, vers le presbytère, dont la cour est heureusement ouverte, et m’approche de la porte, vitrée. Le prêtre est là, immobile derrière la porte. Il ouvre et me dit : « Je ne peux pas » (psychologiquement), « Je suis là sans bouger depuis une heure! » (il avait eu un grave accident physique quelques années auparavant).

Je réagis alors « à la Carothers »: j’élève les bras et dis quelque chose comme « Le Seigneur est grand! Louons le Seigneur! » Et, tout à ma louange, que je poursuis, je l’accompagne vers sa voiture en continuant à louer à haute voix. Il s’assied dans sa voiture et démarre; je le suis, puis m’arrête pour téléphoner: prévenir la paroisse qu’il arrive. Les parents attendaient encore, heureusement!

Le Seigneur est grand!

Celle que tu aimes a besoin de toi…

mardi 5 avril 2022

Connaissant une personne qui affronte actuellement de graves difficultés, je prie instamment avec le « Je vous salue Marie »; en associant quelques amis du ciel: des gens que j’ai connus, et qui m’ont accompagné lors de mon « baptême dans l’Esprit ».

Et il m’est venu à l’idée de créer une prière adressée à Jésus.
Quand il était sur terre, je peux imaginer que certains apôtres, à l’occasion, lui adressaient telle ou telle demande précise.

C’est ce que je fais: « Jésus, notre soeur a besoin de toi! ».

Je l’ai mis sous une forme un peu analogue au « Je vous salue Marie »; en y mêlant des éléments du « Viens Esprit Saint ».

Je me tourne vers toi, Jésus, toi notre frère,
Tu es l’amour vivant, au milieu de nous.

Viens apporter ta paix et ta lumière
à nos soeurs et nos frères
qui ont besoin de toi.

Lave ce qui est souillé, assouplis ce qui est raide,
Redresse ce qui est faussé, guéris ce qui est malade.

Protège ce qui est faible,

Amen


Mgr Marx et l’homosexualité

lundi 4 avril 2022

Mgr Marx vient de dire que « l’homosexualité n’est pas un péché »
https://www.cath.ch/newsf/cardinal-marx-lhomosexualite-nest-pas-un-peche/

Je ne souhaite pas passer trop de temps sur cette question, mais je dois dire que je suis extrêmement choqué de cette déclaration, qui ne va pas dans le sens de relations apaisées au sein de nos églises. Et qui risque surtout de faire perdre des repères essentiels.

Je ne raisonne pas, personnellement, en termes de « péché » ou « pas péché »; c’est trop simpliste. Je raisonne en termes de « montée dans l’amour », et de ce qui est préférable, meilleur, du point de vue de la montée dans l’amour.

Chacun de nous a ses imperfections, ses blocages; ses habitudes qui ne sont pas optimum du point de vue de la montée dans l’amour.

La relation de couple, homme-femme, dans sa complémentarité et son ouverture vers la naissance d’un enfant, fait partie des éléments de la montée dans l’amour.

La sexualité est quelque chose d’important dans la structuration de la personnalité.

Et, je crois qu’on peut le dire, la relation homosexuelle (physique) n’est pas une utilisation « normale » de la sexualité (tant pis pour ceux à qui ce mot normal ne plaira pas).

Donc, qu’on le considère comme un péché ou pas comme un péché, il n’est en tout cas pas indifférent pour la croissance spirituelle d’avoir ou non des relations homosexuelles.

L’intervention du cardinal Marx me paraît mal viser ce qui est sans doute son objectif: quitter les blocages actuels, pour une attitude plus humble, de fraternité.

Mais la vérité sur l’optimum d’amour proposé aux chrétiens doit continuer à être dite.

Prier avec tous ceux qui prient

mardi 1 mars 2022

L’attaque de l’Ukraine par la Russie a commencé il y a quelques jours.
Sur un plan à la fois théologique et spirituel, à savoir « Comment Dieu mène-t-il le monde, et où allons-nous », ma foi est assurée; ce qui n’empêche pas de souffrir et de prier avec toutes celles et ceux qui souffrent.

Prier; mais quelle « méthode » de prière? J’ai pour ma part depuis deux ans l’habitude de me « mettre en relation » avec quelques proches, qui sont décédés – j’en ai parlé dans mon blog « Charismatics ». Et je parle aussi à Marie; je me tourne vers elle.

Je vois Marie comme priant avec nous; mettant en musique, mettant en place en quelque sorte notre prière, en vastes mouvements spirituels dans l’au-delà. Je lui demande par de brèves pensées de me placer au milieu des autres priants, vivants et morts.

Nous sommes là, présents à la douleur du monde, et confiants dans le Seigneur. Confiants dans la consolation qui sera apportée, le moment venu, à tous.

P.S.: Des actes doivent évidemment accompagner la prière: changer telle habitude, alimentaire ou autre; donner de l’argent

Editeurs,…

mercredi 8 décembre 2021

Je reçois ce jour un livre, « Les mots de la messe de A à Z » (Bayard). Le nom de l’auteur fait tilt: Michel Wackenheim.
Je regarde dans le livre et à son dos; une seule précision: « le père Wackenheim ».

A-t-il écrit d’autres livres? Au dos et à l’intérieur, il y a mention de deux livres … chez Bayard; qui ne me disent rien.

Alors, un détour par Internet, et je découvre que l’auteur était encore récemment archiprêtre de la cathédrale de Strasbourg; qu’il est l’auteur de nombreux livres (chez d’autres éditeurs) .. et de nombreux chants !

De tout cela, l’éditeur ne dit rien, ce que je trouve étrange; ou alors, chapelle ne voulant pas faire de publicité d’autres chapelles/éditeurs??

Cela ne m’encourage pas à retourner « mendier » auprès d’éditeurs pour la publication de mes livres. BoD me suffit (pour l’instant).

****
.. et pour commencer à commenter/critiquer – sur le fond cette fois, je trouve à la deuxième page de l’introduction cette phrase qui me fait un peu sauter: « les baptisés ne rencontrent Dieu qu’à travers le prochain qu’ils sont appelés à aimer et à respecter. » Hum?
Et avec un sourire en coin – pour ne pas dépenser ma bile inutilement: Tiens, il n’y a pas de « Nihil obstat » à ce livre?

Des arguments pour la foi…

mardi 30 novembre 2021

Je suis en train de lire le gros livre intitulé « Une foi, des arguments », publié par « La Maison de la Bible ».

Ce livre protestant est très intéressant et très riche, avec quelques parties plus discutables.

Mais surtout, je me rends compte que pour moi le point de départ c’est la foi! Une foi très forte qui « réorganise » toute la réflexion. Je ne réfléchis pas « intellectuellement » aux problèmes que posent l’existence d’un Dieu « parfait  » et du péché!

Je vis en relation avec un être très puissant, tout amour. C’est dans la confiance en lui que je vis.
Je me pose les questions dont j’ai besoin, en relation avec Lui.

Je ne construis pas une théologie abstraite qui voudrait répondre aux objections de ceux qui ne croient pas encore vraiment en Dieu.

Qu’ils avancent et qu’ils croient !
(Ce qui ne m’empêche nullement d’avoir des réserves sur certains des enseignements usuels, officiels ou non. Voir par exemple mon livre « Le fait Jésus »).

Le péché est incrusté!

vendredi 19 novembre 2021

Ce midi, avec des amis, nous parlions de choses et d’autres. Et quelqu’un a dit: « Vous avez vu qu’il y a une réunion sur … (peu importe le sujet), mardi à Corbeil? »

Nous lui demandons par qui il l’a su: « Par Untel ». Et alors plusieurs se mettent à rire discrètement.

Péché !

Si nous avons ri, c’est parce que « Untel » évoque en nous certaines images, certains comportements, dont le souvenir est un peu incrusté en nous. Et nous ne ririons évidemment pas en sa présence…

C’est donc dans ces idées incrustées en nous, ces sentiments, qu’est le péché, en la circonstance.

Le péché, on ne s’en délivre que quand on en a pris conscience… Et que l’on sait, par une certaine expérience psychologique et spirituelle, comment lutter contre lui.

C’est aussi en s’en confessant, pour demander explicitement l’aide de la grâce de Dieu, en en parlant.

Maintenant je vais tâcher de repérer peu à peu ces nombreuses idées et sentiments incrustés…

Et je me dis que dans les communautés religieuses, il est nécessaire que chacun élimine ce genre de « structure » intérieure, pour être vraiment en paix avec ceux que l’on rencontre toute la journée. Que le sourire adressé à l’autre ne soit pas un acte de volonté, mais le fond même de ce que nous sommes.

Il faut qu’à la place de ces « kystes » négatifs, le coeur soit un filtre positif pour notre amour.

A chacun sa façon de prier …

mercredi 17 novembre 2021

… et aussi: on peut changer de façon de prier; en avoir plusieurs.

Je viens de commencer à utiliser une méthode combinant le Je vous salue Marie avec des mouvements des doigts.

Lorsque je récite, ou récitais, le chapelet, j’avais tendance à dire les paroles à toute allure.

Ma méthode nouvelle est de marquer chaque syllabe par un mouvement de doigts de la main: comme si je comptais les syllabes – mais sans les compter en fait: c’est le « Je vous salue marie » que je récite, accompagné par ce mouvement successif des doigts de la main.

Je pense à quelqu’un: Hop, un Je vous salue Marie pour lui. J’en veux à quelqu’un: hop un Je vous salue Marie!

Toujours accompagné avec les doigts.

8 décembre – Depuis quelques jours j’ai changé de « point d’appui » pour ces prières: au lieu de mouvements des doigts, je m’appuie tout simplement sur les battements du coeur.

Pourquoi criez-vous?

dimanche 24 octobre 2021

Certains prêtres, lors de l’homélie, parlent fort; accélèrent à certains moments. Je me suis demandé pourquoi. Et j’ai pensé à des feuilletons américains, où on voit un personnage, pour en convaincre un autre – en fait pour lui montrer qu’ils ont raison !! – se mettre à parler plus fort, éventuellement plus vite.

Je pense, à propos du sermon, notamment à certains prêtres africains; pas tous: j’en connais au moins un qui parle de façon douce et méditative ! Mais je veux parler ici de ceux qui parlent vite et fort; et j’ai envie de leur demander:
Pourquoi?
En somme ils mettent de la passion dans leur homélie.

J’ai envie de leur dire:
Parle lentement! Doucement! De façon claire! Laisse parler Jésus.
Ne crois pas que si tu parles fort tu convaincras mieux.
Au contraire on cesse vite de t’écouter, et le bruit fatigue.

Médite avec nous !

Eléments de la messe

lundi 11 octobre 2021

Extraits d’un livre de Philippe Béguerie « Pour vivre l’eucharistie », pp. 176-177

(Cliquer pour mieux voir chaque image).

Prière, mouvements du coeur

lundi 27 septembre 2021

Il m’est venu à l’idée, cet été, quand je veux prier pour quelqu’un, de prier beaucoup plus lentement.
En fait, syllabe par syllabe, « d’envoyer » en quelque sorte ma prière à la personne pour qui je prie.

Par exemple, si j’utilise le « Je vous salue Marie », de m’arrêter sur chaque syllabe ou chaque mot, et de simuler intérieurement un mouvement vers la personne (même si elle est à des kilomètres -… ou si elle est morte !)
« Je » – « Vous » – « Salue » – « Marie » … Ou bien de bouger légèrement le pouce, en rythme, les mains en prière.

Cela permet de prier beaucoup plus lentement ! De penser vraiment à la personne.
Au fond, c’est presque comme si j’avais la main sur son épaule, ou sur sa main.

Et puis j’ai pensé à mon coeur: au fond, les battements du coeur c’est un peu cela; alors je dirige mes battements du coeur vers la personne !

Et je prie beaucoup plus lentement; beaucoup mieux me semble-t-il.

Occident-Orient: le concile de Florence (1439)

lundi 23 août 2021

Un événement peu connu dans les relations entre l’église de Rome et les orthodoxes est la rencontre de Florence, où l’unité aurait bien pu se re-faire !
Marie-Hélène Congourdeau en donne une présentation détaillée et très claire:
https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00672233/document

Deux livres bien différents

jeudi 29 juillet 2021

Une universitaire juive américaine Amy-Jill Levine a écrit un livre intéressant sur les évangiles: « Short stories by Jesus » (disponible notamment chez Amazon): une belle réflexion, classique d’un certain point de vue, sur un certain nombre de scènes des évangiles et la façon dont les évangélistes les rapportent.

Dans un genre très différent, je note le livre de Max Huot de Longchamp « L’expérience mystique ou l’irruption de Dieu en l’homme »…

Du Mac en général, et des raccourcis-clavier en particulier…

samedi 24 juillet 2021

Mon MacBook commençait à donner des signes dangereux de vieillesse. Je viens donc après 6 ans et non sans beaucoup d’hésitations, de le remplacer par un nouveau. Outre le fait que beaucoup de mes « petites applications » spécifiques ne fonctionnent plus, je découvre que l’application qui me servait à créer de nombreux raccourcis-clavier – par exemple pour lancer des applications (ainsi « Ctrl-G » pour lancer Google) n’est plus mise à jour.
Même Apple, dans son intéressant dossier – à lire! – sur les innombrables raccourcis qui existent, semble dire que non, les raccourcis pour lancer par exemple des applications, n’existent pas.

Sur un forum spécialisé, les partisans s’en désolent. Il y en un tout de même, à la fin qui sans insister, signale plusieurs applications (américaines?) qui remplissent plus ou moins ce vide.

Je les liste ici pour en garder trace: Quicksilver, Maestro, Spark3 et Aptivate…
J’essaie Aptivate… Impeccable ! Ultra simple à utiliser

Oreille, oreille…

lundi 10 mai 2021

On me disait parfois que j’ai « l’oreille absolue ». Je n’en croyais rien, et d’ailleurs j’ai recherché sur Internet ce dont il s’agit: quelqu’un qui peut dire que les 3 notes qui viennent d’être jouées sont, par exemple, ré dièze, sol et si…

Donc je n’ai – évidemment – pas l’oreille absolue.
Mais, sachant que j’allais devoir entonner, à la messe, un refrain de psaume (sur la note « fa ») sans l’aide d’un petit clavier musical, j’ai fait un test. J’ai cherché intérieurement quelle est la note du diapason, et j’ai chanté – en moi ou doucement – « la.. ». Puis je suis descendu de deux notes, j’ai chanté « fa »…

Et j’ai pris mon clavier, et joué le Fa: Bingo ! C’était bon.

Depuis, je refais de temps en temps des essais, et c’est en général bon (une fois, un écart d’un ton quand même).

J’en reste encore tout surpris.

Agir, ou accueillir Jésus

vendredi 23 avril 2021

Pour continuer le billet précédent:
Il ne s’agit pas de faire des efforts pour « agir bien », mais
de s’ouvrir à Jésus, d’accueillir l’Esprit, qui peuvent nous changer afin d’être bien.

C’est quoi, votre christianisme?

vendredi 23 avril 2021

Je sors d’un enterrement: une paroissienne amie, très active dans de nombreuses associations.
Je me la représente volontiers au ciel. Je lui parle.

Majorité de non croyants dans l’assistance; dont sa famille, fort nombreuse.

Le prêtre qui préside explique que si elle a fait tout ce qu’elle a fait, c’est parce qu’elle voyait Jésus en chaque personne… Et que maintenant elle a bien mérité son repos (ou quelque chose de ce genre).

Désolé, ce n’est pas du tout ma vision des choses:
– C’est parce qu’on aime les gens que l’on agit. L’amour rayonne: le chrétien doit répandre l’amour. Ce n’est pas Jésus que je vois en Tartempion; c’est Tartempion que j’aime, tel qu’il est. Avec l’aide de Jésus, qui met son amour en moi.
– Repos après la mort? Qu’est-ce qu’il en sait le bougre? Pour moi la terre est une étape, et après la mort, les travaux continuent !

Il semble que ce prêtre, et beaucoup de chrétiens, voient en quelque sorte l’au-delà comme une fin, comme une « distribution des prix »: gagner le paradis.

Disons que c’est infantile. (Désolé).

Danse d’amour

mercredi 14 avril 2021

Depuis quelques semaines, c’est un nouveau prêtre qui célèbre la messe, là où nous allons à midi.

Rapidement j’ai remarqué avec quel soin il disposait les différents objets sur l’autel: patène, calice, pale etc.
Et aujourd’hui j’ai eu vraiment l’impression… qu’il était en train d’accueillir quelqu’un: de disposer les objets avec amour, pour que ce quelqu’un soit bien chez lui: « Voilà, je mets ceci là pour toi; et cela à côté, etc.

Une sorte de danse; car dès le début j’avais remarqué ses mouvements de pieds.

Une danse d’amour; des prévenances d’amoureux: pour accueillir, à la consécration, notre Maître et Seigneur.

Par quelle lettre commencent son prénom et son nom?

samedi 13 mars 2021

Ce billet est d’un genre différent des habituels.

Voulant retenir le prénom et le nom de quelqu’un, je me suis dit: c’est facile, son prénom commence par A et son nom par C..
Facile? Voire ! Car je l’ai recherché sans le trouver, jusqu’à ce que je comprenne qu’il s’appelait AUguste CHemineau ! (Enfin, quelque chose dans ce genre). Ce n’est pas un « A », et ce n’est pas un « C » habituel…

Alors je me suis dit: il me faut un tableau, pas trop compliqué, avec les variantes de son des lettres initiales. Et cela donne à peu près ceci (avec des trucs mnémotechniques):

A ai an au (mnémonique « A est en haut »)
Ca Ce ch
Eu é en …
Ga ou gé
I ou In
O ou On
P ou Ph

Apparemment c’est tout!

Autre approche (7 avril):

N’essayer de retenir que la première syllabe: « le Père Ma », etc.
Si la première syllabe est « une voyelle », ajouter quelque chose derrière:
« Alain » donne « AL » etc.

Et pour les cas difficiles, genre Au ou Ch, retenir par exemple:
Au-A (un « son O » qui commence par A)
Ph-Pé …

J’aime le Premier Testament

lundi 22 février 2021

En lisant le remarquable article de Wikipedia sur Simone Weil, j’ai admiré ses réflexions sur la science, et sur la philosophie moderne, ainsi que son parcours spirituel. J’ai été, aussi, impressionné par sa vie, faite d’engagements très forts.

Par contre j’ai été, dans un premier temps, surpris par son attitude très négative par rapport au Premier Testament, et donc au peuple juif ancien.

Comme si il y avait deux « Dieu », et que le christianisme supprimait tout ce qui l’a précédé!

Je suis au contraire, comme beaucoup de chrétiens, constamment entouré par les psaumes et le reste de la Bible; et je vois l’histoire d’Israël comme une longue montée, qui n’est peut-être pas finie.

Jésus aimait son peuple. Je dirais qu’il est venu partager ses souffrances, et lui montrer la suite du chemin . Seuls certains l’ont compris et cela n’a rien d’étonnant.
Oui, quand je relis l’histoire du peuple juif, j’y vois notre itinéraire à chacun, notre montée vers plus d’amour.