L’absence de « chute » et ses conséquences

Bien des gens ont déjà écrit qu’Adam et Eve n’ont pas existé et qu’il n’y a pas eu non plus de « chute » initiale.
Mais il semble qu’ils n’en ont pas tiré les conséquences, liturgiques (les prières eucharistiques sont à revoir), et aussi théologiques, puisqu’on enseigne toujours que Jésus nous « rachète », alors qu’il s’agit d’une montée dans l’amour: dont il nous ouvre la voie en nous montrant ce que c’est qu’aimer, et en nous en donnant les moyens par les sacrements et la vie dans l’Esprit.
(Voir mon texte sur le salut, et bien sûr « Approches« )

2 commentaires sur “L’absence de « chute » et ses conséquences”

  1. René Guyon dit :

    Bonjour!
    Je découvre avec plaisir votre site extrêmement riche.
    Le texte ci-dessus me remplit de joie, car je ne suis pas un grand adepte de la chute. J’ai écrit sur le sujet un livre un peu décoiffant intitulé « Que cachait donc la feuille de figuier ? » que je n’ai pu qu’éditer à compte d’auteur mais qui est apprécié par ceux qui le lisent !
    Je suis le blogmestre d’un blog chrétien (indiqué ci-dessus), où j’écris entre autre des articles sur la Bible dans la rubrique D’une Alliance à l’autre.
    Un petit lien sur votre super blog me remplirait de joie !
    Cordialement

  2. Ph.Lestang dit :

    Merci René,
    Avec retard (puisque nous avons correspondu bilatéralement) je te donne une toute première réaction sur ton livre: effectivement très intéressant! Et nouveau ! Entre autres multiples d’exemples: la nature, qui ne se crée pas exactement, dans la Genèse, comme Dieu l’aurait voulu!! Et le serpent, différent de ce que l’on dit. Et le manger du fruit (appelons-le ainsi) comme une étape du développement de l’homme ! Allez, disons-le: impressionnant! Je ne suis pas assez bon hébraïsant pour vérifier ce que tu dis; sinon je crois que je pourrais dire: génial!

Laisser une réponse