L’erreur du sexe

Ce titre n’est évidemment pas clair. Voici ce dont il s’agit.
Je constate que, de plus en plus – notamment chez les jeunes mais pas seulement – la tendance est d’avoir facilement des relations sexuelles. De changer de partenaire si on n’est pas satisfait sexuellement.
Ce n’est pas nouveau, mais cela prend toute la société.

De donner en somme trop d’importance à la sexualité; de vivre en couple sur la base de cette dimension.

Alors que la richesse d’un couple réussi, c’est d’abord une complémentarité affective et intellectuelle construite, à partir d’éléments de départ communs; du moins quand on a suffisamment de personnalité et de recul pour comprendre qu’il s’agit de construire sa vie.

Le christianisme l’explique bien: il s’agit de grandir dans l’amour. Amour au sens relation humaine réussie.
Et notamment de ne pas considérer le sexe comme un début dans la relation ni comme l’essentiel, mais comme une confirmation de l’engagement à être unis. A ne plus être deux, mais :
. Une cellule sociale stable
. Le cadre où l’enfant pourra se développer.

Certes je décris ici un idéal. Mais c’est un idéal vers lequel on peut monter; que l’on croie en Dieu ou pas.

Laisser une réponse